Henri Le Secq (1850-1860)

 

Cet artiste issu d’un milieu aisé a abordé la photographie vers 1848 sans pour autant renoncer à la peinture.

Après un passage dans l’atelier du sculpteur James Pradier, Henri le Secq rejoint celui du peintre Granger puis de Paul Delaroche, en 1840 où il rencontre Gustave Le Gray, futur complice de ses débuts en photographie.

Des portraits constituent ses premiers essais en photographie. Il aborde ensuite l’architecture en photographiant les cathédrales de Chartres et de Reims, vers 1850.

Membre de la Société héliographique en 1851, il est sélectionné la même année par la commission des Monuments historiques pour accomplir une mission dans l’Est de la France, en Champagne, Lorraine et Alsace.

De retour à Paris, il suit les premières démolitions ordonnées par le préfet de la Seine, en 1852-1853, et reproduit de nombreuses maisons avant leur destruction.

Sans cesser de s’intéresser à l’architecture religieuse - il photographie notamment les sculptures des cathédrales de Paris, Amiens, Chartres et Reims, dans des formats toujours plus grands, Le Secq a également laissé un ensemble de natures mortes qui doivent beaucoup à la peinture.